L'UNICEF lance un plan de redressement de 150 millions de dollars pour restaurer les écoles et les cliniques perdues lors du tremblement de terre au Pakistan


Toutes Les Nouvelles

L’UNICEF construira 500 écoles permanentes et quelque 70 centres de santé ruraux permanents dans le nord du Pakistan, a annoncé mercredi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, où plus de 10 000 écoles et les trois quarts des établissements de santé de la région ont été endommagés ou détruits lors du tremblement de terre dévastateur de l’année dernière. . .
«La reconstruction de l’infrastructure éducative de la région est vitale pour l’avenir de la région», a déclaré à IRIN Tejre Thodensen, représentant par intérim de l’agence des Nations Unies pour l’enfance, depuis la capitale pakistanaise, Islamabad. «Vous devez aller à l’école. Vous devez apprendre à lire et à écrire », a-t-il expliqué.

Les commentaires de Thodensen interviennent un jour après l’annonce par l’UNICEF d’un plan de redressement de 150 millions de dollars pour la région qui a été dévastée par le tremblement de terre du 8 octobre qui a ravagé le Cachemire sous administration pakistanaise et le nord-ouest du Pakistan, tuant plus de 75 000 personnes et faisant plus de 3,5 millions de sans-abri.


En plus de la reconstruction, l’agence des Nations Unies pour l’enfance a de vastes plans pour mieux reconstruire en améliorant la qualité et l’étendue de l’éducation, des soins de santé, de la sensibilisation à l’hygiène, de l’eau potable et de l’assainissement et de la protection des enfants.



Selon un communiqué annonçant les plans mardi, une formation sera dispensée à environ 20 000 enseignants et 4 000 agents de santé communautaires; la sensibilisation à l'hygiène sera introduite dans les écoles et les réseaux d'agents de santé; les taux de malnutrition seront ciblés; et des réseaux de protection de l’enfance seront développés.

L'UNICEF vise à inscrire environ 500 000 enfants à l'école primaire dans les zones touchées d'ici 2008, dont 100 pour cent des enfants qui étaient allés à l'école avant le séisme et 30 pour cent des enfants qui n'avaient jamais été scolarisés auparavant, indique le communiqué.

Thodensen a expliqué qu'au Cachemire sous administration pakistanaise, qui jouit de l'un des taux d'alphabétisation les plus élevés du pays, il y avait toujours eu un vif intérêt pour l'éducation.

«L’objectif est de reconstruire, et là où les chiffres d’inscription étaient inférieurs, l’objectif est de s’améliorer», a-t-il déclaré.

Entre 85 et 90 pour cent des écoles ont été détruites, tandis que l'éducation de près de 500 000 enfants d'âge primaire a été interrompue, selon l'UNICEF. Avant le tremblement de terre dans le Nord-Ouest, 47 pour cent des enfants âgés de cinq à neuf ans étaient inscrits dans l'enseignement primaire, tandis que dans le Cachemire sous administration pakistanaise, ce chiffre était de 71 pour cent.


«La raison derrière cela est culturelle. La région fait partie des régions les plus conservatrices du pays », a expliqué le responsable de l’UNICEF.

Dans le cadre de ses efforts à ce jour, l'UNICEF a établi quatre bureaux extérieurs dans la zone de 30 000 km2 touchée par le séisme, permettant au personnel de travailler plus efficacement et en toute sécurité. L'accès à la région reste problématique en raison du temps humide, des glissements de terrain et du terrain inhospitalier. «De nombreux villages dévastés ne peuvent être atteints qu’en jeeps et à pied», a déclaré Thodensen.

Dans le même temps, une unité spéciale de construction est en cours de création au siège de l’UNICEF au Pakistan pour coordonner la tâche massive de reconstruction des établissements de santé et des écoles avec l’agence de reconstruction et de réhabilitation du gouvernement pakistanais après le tremblement de terre.

En ce qui concerne la question du financement, l'UNICEF dispose d'environ la moitié des fonds dont il a besoin, a déclaré Thodensen, remerciant les donateurs tout en appelant à leur générosité continue. 'Nous avons des fonds pour environ la moitié de ce que nous voulons faire', a-t-il déclaré.


Copyright  IRIN 2006 Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN)
Ce rapport ne reflète pas nécessairement les vues des Nations Unies.