Camp des graines de la paix: semer la tolérance parmi les anciens ennemis


Le Plus Populaire

Photo du camp 2010 par Bobbie GottschalkSi les gouvernements peuvent faire un travail important pour le promouvoir, la paix, la tolérance et la compréhension viennent principalement des gens. C’est la raison pour laquelle les participants à Semences de la paix d’Asie du Sud seront d’importants messagers dans les pays du pays - l’Afghanistan, l’Inde et le Pakistan.

Cette semaine, les adolescents terminent un programme de camp de trois semaines dans le Maine conçu pour promouvoir la résolution des conflits et la compréhension mutuelle. Ils ont été rejoints au camp par des adolescents palestiniens, israéliens, égyptiens et américains.


Photo du camp 2010 par Bobbie Gottschalk


«Au cours de vos semaines au camp, vous avez noué de nouvelles amitiés qui traversent les frontières et les barrières», a déclaré un responsable du département d'État aux campeurs lors d'un rassemblement mercredi.



Graines de paix «est plus qu'un programme d'été», a déclaré Judith McHale, sous-secrétaire d'État aux Affaires publiques et à la diplomatie publique. «Il est dédié à donner aux jeunes leaders des régions de conflit les compétences de leadership nécessaires pour faire progresser la réconciliation et la coexistence.» Les participants sud-asiatiques faisaient partie des 164 campeurs qui sont arrivés au camp d’Otisfield, dans le Maine, le 23 juin pour la 18e saison du programme. Commençant avec 46 adolescents israéliens, palestiniens et égyptiens en 1993, les anciens de Seeds of Peace comprennent plus de 4 000 jeunes, dont certains servent désormais de conseillers de camp ou travaillent ailleurs au sein de l'organisation.


Avec le soutien du Département d'État, le programme a été élargi pour inclure des participants d'Asie du Sud à partir de 2001.

Désormais ambassadeurs du programme, chacun des participants a commencé son voyage lors d'une cérémonie de lever du drapeau le premier jour de son expérience de camp. Une participante égyptienne de deuxième année a dit aux participants qui attendent la paix de manière idéaliste que ce sera un objectif insaisissable, mais que le programme leur demande néanmoins de le poursuivre avec courage.

«La seule chose que vous pouvez faire est de continuer», dit-elle. «Nous vivons dans un monde d'atrocités. Le voyage que vous entreprenez n'est pas facile. Mais si vous voulez profiter du miel, vous devez endurer la piqûre de l'abeille.

'Soit brave. Vous êtes béni d'être ici. L'effusion de sang, la haine et la guerre ne sont pas inévitables. Nous sommes les graines de la paix. »


Selon une note médiatique du département d'État du 14 juillet, les participants restent en contact les uns avec les autres après leur expérience de camp, à la fois en ligne et par vidéoconférences numériques, ainsi que face à face à travers des séjours à domicile et des programmes régionaux.

La visite à Washington à la fin de leur expérience de camp leur permet de partager leurs expériences et de se familiariser avec les décideurs politiques américains. Avec le Département d’État, les «Seeds» visitent également la Maison Blanche et rencontrent des membres du Congrès américain.

S'adressant aux semences, le Secrétaire adjoint aux affaires de l'Asie du Sud et du Centre, Robert Blake, a déclaré: «Vous allez tous vraiment servir de ponts importants entre vos trois pays.»

(Produit par America.gov , édité par Good News Network)