Les pauvres gagnent des revenus des arbres - sans les abattre


Toutes Les Nouvelles

récolte des feuilles
Les entrepreneurs ne poussent pas sur les arbres, mais avec un peu d’aide de l’ONU, les familles pauvres du monde entier lancent leur propre petite entreprise en utilisant ce qui pousse déjà sur ces arbres. Une nouvelle approche innovante de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture aide les villageois pauvres des pays en développement à transformer les forêts en revenus monétaires - sans abattre les arbres.

Fruits, noix, herbes et épices, résines, gommes, fibres - tous ces produits forestiers non ligneux (PFNL) fournissent à des millions de familles pauvres dans le monde de la nourriture, de la nutrition et des revenus. En effet, quelque 80 pour cent de la population des pays en développement utilisent ces produits d'une manière ou d'une autre pour répondre aux besoins sanitaires et nutritionnels, selon la FAO.


«Nous pensons que les gens pourraient faire encore plus avec ces ressources renouvelables, y compris gagner plus d’argent pour leurs familles», déclare Sophie Grouwels du Département des forêts de la FAO.



C'est pourquoi la FAO a mis en place un programme, financé par le gouvernement norvégien, pour y parvenir. Il s’appelle le développement d’entreprises forestières et forestières à base communautaire (CBED).

Exploiter la richesse des forêts sans les détruire

Le projet aide les communautés pauvres à créer, soutenir et développer de petites entreprises tout en leur donnant des incitations à mieux gérer et protéger leurs ressources, leur permettant d'exploiter la richesse des ressources forestières voisines sans les épuiser.

Dans un projet CBED au Laos, six projets pilotes ont été mis en place dans les villages les plus pauvres du pays fortement boisé et les résultats ont été jusqu'à présent extrêmement encourageants.

À Ban Lack, une coopérative de base fabriquant des ensembles de tables et de chaises en rotin, a amélioré ses techniques de production pour gagner 20% de plus sur chaque ensemble vendu. Un groupe de femmes dans la ville voisine de Ban Nathong a identifié un nouveau marché pour les champignons, créé une maison en pleine croissance, établi des contacts avec des détaillants et augmenté leurs revenus mensuels de 108 $ (USD).


Au total, 10 entreprises de niveau communautaire employant 239 personnes ont été créées. Les augmentations des revenus des ménages participants allaient de 5 à 70 dollars EU par mois - 15 à 50 pour cent de plus qu'auparavant.

«Les villageois ont non seulement amélioré leurs revenus, mais ont également acquis des compétences et une expérience commerciales importantes et ont rédigé des plans de gestion durable des ressources pour les PFNL dont dépendent leurs moyens de subsistance», note Sophie Grouwels.

Dans le même temps, des fonds de développement de petits villages ont été créés en utilisant les bénéfices comme un moyen de fournir aux habitants un accès au crédit dont ils avaient besoin pour créer de nouvelles opérations ou développer des opérations existantes, ajoute-t-elle.