Le Traité historique des Nations Unies sur les personnes handicapées entre en vigueur


Toutes Les Nouvelles

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées est entrée en vigueur hier, un mois après que le dernier pays sur les 20 à ratifier a voté pour le traité historique garantissant les droits de quelque 650 millions de personnes dans le monde.


Depuis mars 2007, la Convention - que le Secrétaire général Ban Ki-moon a qualifiée de «puissant outil pour éliminer les obstacles rencontrés par les personnes handicapées» - a été signée par 127 pays et ratifiée par 25.


La Convention ne crée pas de nouveaux droits, mais vise à garantir que les avantages des droits existants sont pleinement étendus et garantis.



«On avait fait valoir que les personnes handicapées étaient couvertes par les traités existants sur les droits de l'homme, mais la réalité était très différente», déclare Akiko Ito, le point focal des Nations Unies sur le handicap. «Les personnes handicapées sont régulièrement victimes de discrimination sur le marché du travail, dans les écoles et dans l'accès aux services publics. Cette Convention garantira que ces personnes ne seront plus ignorées. »

Le traité affirme les droits des personnes handicapées à l'éducation, à la santé, au travail, à des conditions de vie adéquates, à la liberté de mouvement, à la liberté de ne pas être exploité et à une reconnaissance égale devant la loi.

Il répond également à la nécessité pour les personnes handicapées d'avoir accès aux transports publics, aux bâtiments et à d'autres installations et reconnaît leur capacité à prendre des décisions par elles-mêmes.

John Flanagan, officier en charge du Service de l'action antimines de l'ONU, a déclaré que le nouveau traité est particulièrement pertinent pour les survivants d'accidents avec des mines terrestres et des restes explosifs de guerre.

«Trop souvent, les victimes des mines terrestres sont exclues de leurs communautés», a-t-il déclaré. «Par exemple, les enfants survivants d'incidents liés aux mines terrestres sont souvent retirés de l'école. Les victimes des mines terrestres ont droit aux mêmes droits de l'homme que tous les autres membres de leur société, et cette nouvelle convention contribuera à uniformiser les règles du jeu en termes d'accès aux services et aux opportunités. »


L’ONU marquera l’entrée en vigueur du traité par une cérémonie spéciale à New York le 12 mai avec des participants des gouvernements, des agences des Nations Unies et de la société civile.