Le G-20 soutient 1 milliard de dollars de plus pour les nations en difficulté


Toutes Les Nouvelles

obama-g20-presser.jpgLe président Obama est sorti du sommet mondial des dirigeants du G20 avec un accord pour financer 1 billion de dollars de prêts et de crédits supplémentaires pour les marchés émergents en difficulté et les pays à faible revenu par le biais du Fonds monétaire international et d'autres institutions.

Le sommet a également lancé le processus de répression des paradis fiscaux pour les riches et des fonds d'investissement faiblement réglementés pour les riches.


M. Obama a déclaré que la réunion du G-20 avait approuvé des mesures critiques et audacieuses. Il a dit qu'il n'y a aucune garantie qu'ils fonctionneront tous, mais il a souligné que le processus de guérison a commencé.



«Je pense que nous avons appliqué le bon médicament», dit-il. «Je pense que le patient est stabilisé. Il y a encore des blessures à guérir. Il y a encore des urgences qui pourraient survenir. Mais je pense que vous avez appliqué de très bons soins.

Les pays du G-20 ont également réaffirmé aujourd'hui leurs engagements antérieurs d'augmenter l'aide et d'aider les pays à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement, en promettant une aide d'au moins 300 milliards de dollars au cours des deux prochaines années pour les ambitieux objectifs de lutte contre la pauvreté avec une échéance de 2015.

Les dirigeants du G-20, dont les pays génèrent environ 80 pour cent de la production mondiale, ont accepté de mettre immédiatement à disposition 250 milliards de dollars supplémentaires pour que le FMI prête. Cela serait par la suite incorporé dans un nouveau dispositif d'emprunt (NAB) plus flexible, élargi jusqu'à 500 milliards de dollars au total.

Réunis à Londres, les dirigeants ont également appelé à un doublement de la capacité de prêt du FMI à ses membres à faible revenu et à une augmentation de la liquidité mondiale grâce à une émission de 250 milliards de dollars de l'actif de réserve des droits de tirage spéciaux (DTS). Pour renforcer la voix des marchés émergents et des pays en développement au sein du FMI, le G-20 a appelé à un examen accéléré des quotas du FMI, qui reflètent la représentation des pays au FMI.

Le G-20 comprend 19 pays: Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Russie, Arabie saoudite, Afrique du Sud, Corée du Sud, Turquie, Royaume-Uni et les États-Unis, plus l'Union européenne, représentée par la présidence tournante du Conseil et la Banque centrale européenne. Le directeur général du Fonds monétaire international et le président de la Banque mondiale, ainsi que les présidents du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement du FMI et de la Banque mondiale, participent également.
(Collecté à partir de documents VOA et FMI)