Critique de film: Beyond the Call, une double aide pour l'aventure humanitaire


Toutes Les Nouvelles

Ouverture en sortie en salles cette semaine, Beyond the Call est une aventure Indiana Jones à la rencontre de Mère Teresa, dans laquelle trois hommes d'âge moyen, d'anciens soldats, parcourent le monde en livrant une aide humanitaire vitale directement entre les mains de civils et de médecins dans certains des les endroits les plus dangereux de la Terre, où peu d'entre eux iraient jamais - les lignes de front de la guerre.

'Les gens doivent sortir de ce pays et ouvrir les yeux - et la plupart des gens ne le font pas.' … Sortir au théâtre et voir Beyond the Call est la meilleure chose à faire. (Cliquez plus pour la vidéo…)


Présenté en première dans les Landmark Theatres cette semaine à Chicago et à San Francisco le 1er décembre pour une semaine seulement, le documentaire de 81 minutes présente Ed Artis, fondateur de Knightsbridge International qui en est maintenant à sa 30e année en tant qu'organisateur des missions humanitaires effrayantes.



La caméra le suit ainsi que ses amis (Jim Laws, cardiologue en exercice, et Walt Ratterman, ingénieur électricien) en Afghanistan, aux Philippines, en Birmanie et en Thaïlande où leur courage et leur conviction sauvent continuellement les populations locales, en particulier les enfants, de la faim, du gel. ou la mort par maladie. Ce sont des villages où la mort par mine, balle ou bombe est aussi fréquente que la mort par la faim, la maladie ou les éléments.

Après avoir passé cinq ans à réaliser Beyond the Call, le réalisateur de documentaires Adrian Belic est également le créateur du film Genghis Blues, nominé aux Oscars et lauréat du Sundance Audience Award.