Chute dramatique des décès dus aux cancers les plus courants au Royaume-Uni


Toutes Les Nouvelles

dr-eliaz.jpgLe nombre de morts de trois des cancers les plus courants du Royaume-Uni a chuté à son plus bas niveau en près de 40 ans, selon de nouveaux chiffres publiés par Cancer Research UK ce mois-ci.

Les taux de mortalité par cancer du sein, de l'intestin et du poumon chez l'homme sont à leur plus bas depuis 1971.


Les derniers chiffres de 2007 ont montré que les décès par cancer du sein ont chuté de 36% depuis leur pic en 1989.



D'un sommet en 1992, les décès par cancer de l'intestin ont chuté de 31 pour cent.

Comme de plus en plus de gens ont arrêté de fumer, le nombre d'hommes qui meurent chaque année d'un cancer du poumon depuis 1979 a chuté de façon spectaculaire à 19 637 décès en 2007 - une amélioration des taux de mortalité de 53%.

Bien que davantage de personnes contractent le cancer parce que la population vit plus longtemps, Cancer Research UK estime que moins de personnes meurent de la maladie grâce à un dépistage accru et à de nouveaux et meilleurs traitements.

Harpal Kumar, directeur général de Cancer Research UK, a déclaré: «Des années de recherche sont à l’origine des progrès spectaculaires réalisés dans la lutte contre les cancers courants en Grande-Bretagne. Les taux de survie ont doublé au cours des trente dernières années et les travaux de Cancer Research UK ont été au cœur de ces progrès.

«Notre recherche est à l'origine de 19 des 20 principaux médicaments utilisés pour traiter les patients atteints de cancer dans le monde aujourd'hui. Notre travail a étayé les progrès considérables que nous constatons actuellement pour prévenir davantage de décès dus au cancer du poumon. Et nos progrès au fil des décennies ont contribué à développer la radiothérapie comme une forme majeure de traitement pour la moitié de tous les patients atteints de cancer.


Cancer Research UK a financé de grands essais qui ont prouvé les avantages du tamoxifène pour les patientes atteintes d'un cancer du sein et d'autres essais ont montré comment prévenir la maladie chez les femmes ménopausées à haut risque. En 1995, l'organisme de bienfaisance a montré que deux radiographies étaient meilleures qu'une pour détecter plus de cancers du sein et réduire les taux de rappel. Cela a contribué à un changement généralisé de la pratique clinique avec la mammographie à deux vues maintenant utilisée par tous les centres nationaux de dépistage.

«Mais la recherche coûte cher et - parce que nous comptons entièrement sur les dons du public - nous ne pouvons poursuivre ce travail vital qu’avec le soutien des gens», a déclaré l’organisme de bienfaisance.

(En savoir plus sur Cancer Research UK )

Photo gracieuseté du Dr Eliaz, traitant des patients atteints de cancer