La ville d'Arizona exige que tous les chiens vendus dans les animaleries proviendront de refuges


Toutes Les Nouvelles

chien de sauvetage Rosie CC pocketwiley

Depuis très longtemps, les groupes de secours, les bénévoles des refuges et les amoureux des animaux du monde entier ont espéré que le jour viendrait où les animaleries vendraient exclusivement des chiots d'abri, afin de réduire les bénéfices des «usines à chiots».


La semaine dernière, un juge fédéral de Phoenix, en Arizona, a confirmé une loi municipale exigeant que tous les chiens vendus dans les animaleries proviennent de refuges.

Photo de chiots de refuge étreignant les terres ensemble, juste à temps

Phoenix est l'une des quelque 60 villes des États-Unis qui ont des lois similaires conçues pour mettre fin aux usines à chiots en poussant les acheteurs potentiels d'animaux vers des animaux sans abri et des éleveurs réputés.

On estime que 23000 chiens sont vendus dans les animaleries de la région de Phoenix chaque année, et les chiens de refuge peuvent passer des mois, voire des années, à attendre leur adoption.

On pense que des lois comme celle de Phoenix réduisent ce temps d'attente et mettent fin à la surpopulation des refuges pour animaux.

Effacez votre emploi du temps: les câlins pour bébés chaton sont un vrai travail de bénévole

«Nous avons tellement de chiens en Arizona qui ont besoin de maisons, nous n'avons pas besoin de les importer», a déclaré la conseillère municipale de Phoenix Thelda Williams, qui a aidé à défendre l'ordonnance, à l'Arizona Republic.

Pendant ce temps, à Philadelphie, la chaîne d'animaleries The Pets Plus Natural a annoncé qu'après avoir été approchée par le Société humaine de la campagne américaine Stop Puppy Mills, ils convertiront tous leurs magasins d'ici décembre de cette année.


Le magasin de la chaîne de Bensalem, en Pennsylvanie, s'est converti et a organisé une grande réouverture le 8 août.

(LISplus au Journal des affaires de Phoenix ) -Photo: pocketwiley, CC

Faites plaisir à vos amis et à vos abonnés, partagez cette histoire…