Près de 200 enfants soldats retournés dans leurs familles


Toutes Les Nouvelles

childsoldiers.jpgLe Fonds des Nations Unies pour l'enfance a salué hier la libération de près de 200 enfants soldats par un groupe rebelle centrafricain.

L'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) a libéré 166 garçons et 16 filles âgés de 10 à 17 ans depuis avril, et presque tous ces enfants soldats ont depuis été réunis avec leurs familles, a indiqué l'UNICEF dans un communiqué.


La libération des enfants soldats fait suite aux rebelles & rsquo; signature d'un accord de paix l'année dernière et visite en République centrafricaine (RCA) du Représentant spécial du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés.



& ldquo; Nous sommes extrêmement heureux que les dirigeants de l'APRD donnent suite à leur engagement de remettre les enfants dans leurs rangs, & rdquo; a déclaré Mahimbo Mdoe, représentant de l'UNICEF à Bangui, la capitale de la RCA.

L'agence des Nations Unies a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement et plusieurs organisations à but non lucratif pour planifier et coordonner la libération des enfants, qui sont pour la plupart originaires d'une province du nord du pays. Deux centres de transit ont été construits et chaque enfant libéré a reçu un «kit de démobilisation». Cela comprend les vêtements, les nattes, les couvertures et les articles d'hygiène personnelle. Les anciens soldats reçoivent également des examens médicaux, des cours d'alphabétisation et de mathématiques de base et des conseils.

Lorsque les enfants retournent dans leurs anciennes communautés, ils peuvent participer à des cours de rattrapage pour faciliter leur réinsertion dans les écoles ordinaires, tandis que les enfants plus âgés peuvent suivre des programmes de formation dans des domaines tels que l'élevage, la couture et la menuiserie.

Mais M. Mdoe a souligné que les anciens enfants soldats retournent généralement dans des communautés avec un accès limité aux services de base et peu de possibilités d'emploi. Des combats sporadiques se poursuivent dans le nord de la RCA, en particulier près des frontières avec le Tchad et le Soudan.

«La réintégration est un processus long et souvent difficile en toutes circonstances, et le climat d’insécurité qui prévaut ajoute aux défis», il a dit. «Nous devons maintenir notre assistance à ces communautés si nous voulons que le programme de démobilisation réussisse. & rdquo;


L’UNICEF demande 1 million de dollars supplémentaires pour garantir la poursuite de la démobilisation et de la réintégration des enfants soldats.